Prague tourisme         

La vieille ville Prague tourisme: Visites guidées en français, transferts aéroport et guide francophone

prague-tourisme.fr est une agence réceptive francophone, à Prague et à votre service depuis 2006 sous le nom de weekend-prague.fr

La vieille ville - Prague tourisme

Le quartier a été peuplé de manière continue dès le 11ème siècle. La ville fut fortifiée après 1230, sous le règne de Venceslas II. En 1338, Jean de Luxembourg accorda à la ville le droit d’avoir son propre hôtel de ville. La Vieille-Ville était le principal acteur de la confédération des villes de Prague, c’est là que fut installée l’administration centrale en 1784. En 1850, le quartier de Josefov lui fut adjoint ; ce quartier juif fut “assaini” aux 19ème et 20ème siècle.

Le couvent des croisés à l’étoile rouge et l’église Saint-François

Les croisés à l’étoile rouge sont le seul ordre tchèque. Il a été fondé en 1233 par Agnès de Bohême. Le bâtiment gothique d’origine date du 13ème siècle ; il fut remanié par Carlo Lurago vers 1650 ; les derniers travaux datent de 1911. Les sculptures sont de O. F. Quittainer et M. V. Jackel, les peintures de V. V. Reiner.

Le Clementinum

Le Clementinum est un vaste ensemble de bâtiments construits progressivement à partir de 1653 et jusque dans la deuxième moitié du 18ème siècle. L’ancien couvent dominicain et l’église Saint-Clément devinrent en 1556 le siège des jésuites. L’église Saint-Sauveur fut construite entre 1593 et 1601, en 1590 fut fondée la chapelle des Italiens.

Les bâtiments du collège furent construits entre 1653 et 1726 (architectes : C. Lurago, G. B. Orsi, F. M. Kaňka). La partie ouest, avec sa façade monumentale à pilastres et donnant sur les rues  Křižovnická et Platnéřská, a été probablement réalisée d’après les plans de C. Lurago. La décoration intérieure est faite de peinture et de stuc ; elle date de la même époque. Un autre portail date du baroque tardif (F. M. Kaňka) et présente un décor sculpté de l’atelier de M. Braun.

L’ensemble de bâtiments est dominé par la tour de l’ancien observatoire du Clementinum  (1723). La tour est un observatoire exceptionnel qui, depuis plus de 200 ans, enregistre la météo à Prague.

Aujourd’hui, les bâtiments abritent la Bibliothèque Nationale de la République tchèque .

Le palais Clam-Gallas

Il fut construit entre 1713 et 1719 d’après les plans de l’architecte viennois J. B. Fischer d’Erlach. Les statues de la façade sont de M. B. Braun.

Maison U Zlaté studně

Maison Renaissance avec des reliefs figuratifs sur la façade datant de 1701 (J. O. Maxer).

L’église Saint-Gilles

Cette ancienne église gothique à trois vaisseaux du 14ème siècle a été bâtie à un endroit connu depuis 1238. Aménagement baroque de l’intérieur, mobilier précieux, peintures de V. V. Reiner, stuc de B. Spinetto des années 1730.

La place de la Vieille-Ville

La place la plus connue du vieux Prague est née au 12ème siècle. Les changements qu’elle a connus au cours de son histoire se reflètent en partie dans ses dénominations. A l’origine appelée le Marché (Tržiště), ou encore Vieux Marché (Staré tržiště ; pour le distinguer du Nouveau Marché près de l’église Saint-Gall) ; à partir du 14ème siècle, elle porta le nom de Rynk (un autre nom pour désigner une place de marché) ou le Rynk de la Vieille-Ville (pour le distinguer du Rynk du Petit Côté). Au 14ème siècle, l’espace situé devant l’hôtel de ville était appelé la Brocante (Tandléřský trh), celui devant l’église Saint-Nicolas le Marché à la Volaille (Kuří trh). Au 18ème siècle Staroměstský plac (une variante archaïque pour dire la place de la Vieille-Ville), Velké Staroměstské náměstí (la Grande Place de la Vieille-Ville), Velké náměstí (la Grand’Place). Elle fut appelée Place de la Vielle-Ville à partir de 1895. L’endroit où furent exécutés les 27 seigneurs de Boême en 1621 est indiqué dans le sol, de même que le méridien de Prague. Celui-ci suit l’ombre de la colonne mariale disparue qui servait également à mesurer le temps.

L’hôtel de ville de la Vieille-Ville

Il fut créé en 1338 sur la base d’un privilège accordé par Jean de Luxembourg. Le cœur de l’hôtel de ville est la maison gothique de Volfin de Kamen. La célèbre horloge astronomique a été fabriquée par Mikuláš de Kadaň. La visite inclut les tableaux de Brožík, la chapelle, l’ancienne salle de l’hôtel de ville et la galerie en haut de la tour. L’hôtel de ville a été gravement endommagée pendant le soulèvement de mai 1945 : l’aile néo-gothique a brûlé et n’a jamais été restaurée.

L’église Notre-Dame-de-Týn

Dominant la place, cette église gothique à trois vaisseaux a été construite à partir du 14ème siècle et achevée au début du 16ème siècle. Les tableaux de l’autel sont de Karel Škréta. Elle abrite le tombeau de l’astronome Tycho Brahe. Les fonts baptismaux datent de 1414. Le portail nord et son tympan sont de Petr Parléř (1390).

L’église Saint-Nicolas

L’église fut bâtie entre 1727 et 1737 sous la direction de K. I. Dientzenhofer.

Le palais Kinský

Le palais Kinský est le plus beau bâtiment rococo de Prague. Le palais, appelé Goltz-Kinský à l’origine, a été construit entre 1755 et 1765 d’après les plans de K. I. Dienzenhofer et A. Lurago. Depuis 1949, il abrite une collection de graphiques de la Galerie Nationale.

La maison A la cloche en pierre

Palais municipal gothique du 14ème siècle, salle de concert et d’exposition.

Le palais Granovský

Bâtiment Renaissance de 1560. Intéressante loggia avec une décoration de peintures en clair-obscur (technique duchiaroscuro).

Týn (Ungelt)

Un des lieux historiques les plus importants de Prague. Il a probablement vu le jour dès le 11ème siècle sous la forme d’une cour marchande fortifiée destinée au prélèvement des droits de douane (ungelt).

Le palais Hrzánský

Ce bâtiment de grande valeur artistique, aux fondations romanes, a été remanié en style baroque en 1702 (G. B. Alliprandi). Les sculptures sont de F. M. Brokof.

L’église Saint-Jacques

Cette église, gothique à l’origine, a été fondée en même temps que le couvent des Frères mineurs attenant, en 1232. Son aspect baroque actuel date des années 1690-1702. Mobilier intérieur et décoration précieux (F. M. Brokof, P. Brandl, V. V. Reiner). La plus longue église après l’église Saint-Guy.

La Tour poudrière

Construite à la place d’une ancienne porte qui faisait partie des remparts de Prague. La construction commença en 1475. A la fin du 17ème siècle, elle servit à entreposer de la poudre à canon. La tour a été remaniée en style néo-gothique entre 1875 et 1876 (J. Mocker).

La Maison municipale

Bâtiment Art Nouveau d’A. Balšánek et O. Polívka, datant des années 1905-1911. La Maison municipale se trouve à l’endroit de l’ancienne Cour du roi (détruite en 1903). Alfons Mucha a participé à la riche décoration. La monumentale Salle Smetana, où se déroule le festival du Printemps de Prague, se trouve en plein milieu du bâtiment.

Le Carolinum

Le Carolinum est un ensemble hétéroclite de bâtiments allant de l’époque gothique au 19ème siècle. A la base, la maison gothique Rotlev. Siège de l’Université Charles (fondée en 1348) depuis le 14ème siècle. Une partie du rez-de-chaussée, un encorbellement et la chapelle de Saint-Côme-et-Saint-Damien sont les seuls vestiges du palais gothique d’origine.

A partir de 1383, il fut le siège de l’Université Charles (la plus ancienne université d’Europe centrale). En 1718, le bâtiment a été reconstruit d’après les plans de F. M. Kaňka. Il a été réadapté par J. Fragner entre 1946 et 1968.

Il abrite aujourd’hui le rectorat et les institutions centrales de l’Université Charles. Il possède un amphitéâtre et une galerie.

Depuis 1962, le Carolinum est classé monument culturel national.

Le Théâtre des Etats

Ce bâtiment classique a été construit pentre 1781 et 1783 d’après les plans d’A. Haffenecker et à la demande de  F. A. Nostitz (Théâtre comtal des Nostitz). C’est là qu’a eu lieu en 1787 la première de l’opéra de Mozart, Don Giovanni. En 1799, le théâtre est passé aux mains des Etats de Bohême (d’où le Théâtre des Etats). C’est là qu’a eu lieu en 1834 la première de la Fidlovačka de Josef Kajetán Tyl (la chanson “Où est ma patrie” y a été chantée pour la première fois ; c’est aujourd’hui l’hymne national tchèque). Jusqu’en 1920, on y jouait exclusivement en allemand. La troupe du Théâtre National s’y produit.

La chapelle de Bethléem

La chapelle d’origine a été construite entre 1391 et 1394, financée par le bourgeios Jan de Mühlheim et Kříž, pour accueillir les offices en langue tchèque. Jan Hus y prêcha entre 1402 et 1412. Elle fut détruite en 1786. Entre 1948 et 1954, la chapelle a été reconstruite par J. Fragner d’après des croquis de l’ancienen chapelle. La chapelle restaurée fut conçue comme un monument en souvenir du mouvement hussite. Aujourd’hui, elle sert de salle de cérémonie à la Faculté d’ingénierie civile (ČVUT ), ainsi que de salle de concert et d’exposition. Le sous-sol a été transformé en restaurant élégant. Parties de maçonnerie d’origine et d’éléments architecturaux conservés et intégrés, ainsi que des fragments d’inscriptions. Monument culturel national depuis 1962.

Le Rudolphinum

Construit dans le style néo-Renaissance entre 1876 et 1884 d’après les plans de J. Zítek et J. Schulz comme une salle de concert et une galerie. Avec le Théâtre national, c’est un des plus importants bâtiments de style néo-Renaissance à Prague. Le Parlement y siégea dans les années 1920-1930.

La Salle Dvořák accueille régulièrement des concerts de musique classique, la partie arrière du bâtiment, avec son immense hall, sert de galerie. Le Rudolphinum est depuis 1946 le siège de la Philharmonie tchèque.

La rotonde de la Sainte-Croix

Elle est un des plus anciens bâtiments de Prague, encore conservés. Elle a été bâtie au 12ème siècle. Les grilles autour de la rotonde sont de J. Mánes.

Le couvent Sainte-Agnès

Cet ensemble de bâtiments du gothique primitif a été construit par les rois Venceslas Ier et Přemysl Otakar II entre 1234 et 1280 pour être un couvent de clarisses (la fondatrice et mère-supérieure du couvent était Agnès, la sœur de Venceslas). Ensemble de deux églises (Saint-François et Saint-Sauveur), de deux chapelles (Sainte-Barbe et Sainte-Madeleine), d’un couvent de clarisses, maison de la mère supérieure et bâtiments de l’intendance. Restauration progressive après 1945. Depuis 1980, il abrite une exposition permanente de la Galerie Nationale.

La maison A la Madone noire

La maison est un des exemplaires de l’architecture cubiste tchèque. Elle a été construite en 1911-1912, d’après le projet de l’architecte Josef Gočár. Aujourd’hui, elle abrite le Musée du cubisme tchèque. L’exposition permanente qui se trouve aux deuxième et troisième étages, est axée sur la période 1910-1919, l’étape la plus importante du cubisme dans les pays tchèques.

www.czech.cz

  • Share/Save/Bookmark
Tags: