Prague tourisme         

Le Petit Côté/Mala Strana Prague tourisme: Visites guidées en français, transferts aéroport et guide francophone

prague-tourisme.fr est une agence réceptive francophone, à Prague et à votre service depuis 2006 sous le nom de weekend-prague.fr

Le Petit Côté/Mala Strana - Prague tourisme

De petits hameaux isolés existaient sur le territoire du Petit Côté (Malá Strana) dès le 9ème siècle. Le Petit Côté acquit le statut de ville en 1257 grâce au roi Přemysl Otakar II. Sous le règne de Charles IV, la ville fut entourée de remparts gothiques. Le Petit Côté a reçu son visage typiquement baroque au 16ème siècle. Aux maisons bourgeoises virent s’ajouter, aux 17ème et 18ème siècle, d’immenses palais aristocratiques.

Le palais Wallenstein
Cet immense palais du premier baroque fut construit entre 1621 et 1626 pour Albrecht de Wallenstein d’après les plans de A. Spezza et N. Sebregondi. Le bâtiment principal est à deux étages : bâti sur une disposition d’enclos, il présente deux cours parallèles à la façade, ainsi que des écuries, un manège à cheveaux et un jardin. Le palais est très richement décoré. Jusqu’en 1996, il abritait le ministère de la Culture. Le 21 février 1996, le Parlement a adopté une loi qui faisait du palais Wallenstein, ainsi que du palais Kolowrat et du  ”Petit Fürstenberg” la Chambre Haute du Parlement, c’est-à-dire le Sénat. Le Sénat y siège officiellement depuis le 1er mars 1996.

Les jardins Ledebour
Les jardins sont un ouvrage baroque datant du premier tiers du 18ème siècle. On y trouve une Salla Terrena dont on ignore l’auteur, des scènes mythologiques avec des ruines de Pompéi.

Les jardins du Grand et du Petit Pálffy
Les jardins datent de la première moitié du 18ème siècle. On y trouve un cadran solaire de 1751.

Les jardins Kolowrat
Avec leur tourelle de 1784, ce sont les plus beaux et les plus variés au niveau architectural.

Les jardins Furstenberg
La partie basse des jardins a été conçue à l’anglaise. Le jardin fait partie de l’ambassade de Pologne.

L’église Saint-Nicolas
L’église Saint-Nicolas est la plus importante église baroque de Prague. Sa construction s’est déroulée en plusieurs étapes entre 1674 et 1755. Le projet a été réalisé sous la direction des architectes Christoph Dientzenhofer et de son fils Kilián Ignác Dienzenhofer. L’intérieur de l’église est une véritable galerie d’œuvres d’art. Les sculptures ont été réalisées par Ignác František Platzer, les peintures de la galerie sont de Karel Škréta, Ignác Raab et bien d’autres.

L’ancien hôtel de ville du Petit Côté
Ce bâtiment de la Renaissance tardive, remanié en 1820, abrite un club culturel.

Le palais Smiřický
Ce palais à l’origine Renaissance (1603-1613) a été remanié en style baroque au 18ème siècle. Il abrite aujourd’hui le Parlement de la République tchèque.

Le palais Lichtenstein
L’aspect actuel du palais date de son remaniement en style classiciste au 18ème siècle. Il est le siège de la faculté de musique.

Le Parlement de la République tchèque
est constitué de 13 bâtiments en tout : les bâtiments des rues Sněmovní 176, Thunovská 9 et 10, Tomášská 8, 11 – 16 et 518, les No 6 (palais Smiřický) et 7 (palais Sternberg) de la place du Petit Côté. L’ancien palais Thunovský a été construit au tournant des 17ème et 18ème siècle et son aspect actuel date du 19ème siècle.

L’église Saint-Thomas et le couvent des Augustins
L’église et le couvent adjacent des Augustins ont été fondés en 1285 par Venceslas II. L’église a été remaniée en style baroque entre 1727 et 1731. La décoration et l’ameublement sont particulièrement précieux. Le couvent possédait également une brasserie qui est aujourd’hui un bar à bière connu.

L’église Notre-Dame-sous-la-Chaîne
Cette église, à l’origine romane (1169-1182) a été remaniée à l’époque baroque entre 1640 et 1660  par l’architecte C. Lurago.

Le palais du Grand-Prieuré
Le portail et la décoration de l’escalier de ce palais baroque des années 1725-1727 sont l’ouvrage de l’atelier de M. B. Braun.

Le moulin du Grand-Prieuré

Il se trouve près du pont menant à l’île de Kampa. Il est particulièrement beau à voir depuis le Pont Charles. Le moulin a cessé ses activités en 1936, mais la roue à eau tourne toujours.

Le palais Nostitz
Le palais Nostitz a été construit entre 1658 et 1660, a été remanié en style baroque et en style rococo au 18ème siècle.

L’église Notre-Dame-de-la-Victoire
Quatre ans après la bataille, une petite chapelle était construite sur la Montagne Blanche. En 1624, le jour-anniversaire de la bataille, des processions de remerciements s’y dirigèrent en masse. Cependant, l’empereur Ferdinand II voulait édifier sur le lieu de sa victoire un édifice encore plus somptueux, c’est pourquoi, en 1628, à quelques pas à l’est de la chapelle, il posa solennellement la première pierre de l’église Notre-Dame-de-la-Victoire devant la foule rassemblée.

Mais l’église ne fut pas construite, il ne resta que la petite chapelle qui fut mise à sac par les armées suédoise en 1648. Pendant plus d’un demi-siècle, elle tomba en ruines avant qu’elle ne soit restaurée par un maçon bavarois du nom de Michael Hagen et de nouveau consacrée à saint Venceslas. Deux ans plus tard, la chapelle, déjà connue sous le nom de Notre-Dame-de-la-Victoire, fut transformée en plan octogonal et recouverte d’une coupole. En 1708, on fit venir de Rome une copie d’une peinture de la Vierge. On dit que le père Dominik était passé avec la peinture originelle, profanée par les troupes protestantes, dans les lignes de bataille avant la bataille de la Montagne Blanche, appelant à venger l’affront.

Dans le premier tiers du 18ème siècle, de grands travaux furent mis en route. Après la construction d’une tribune d’orgues et deux chapelles, l’église fut transformée en plan en croix. Les intérieurs furent décorés de peintures : Václav Vavřinec Reiner et Jan Adam Schöpf se chargèrent d’illustrer des scènes de la bataille de la Montagne Blanche. Le peintre bavarois Kosma Damián Asama réalisa une glorification de l’Eglise avec les patrons tchèques sur les parois de la coupole. Un lieu typique de pèlerinage baroque vit ainsi le jour mais son développement fut stoppé net par les réformes de l’empereur Joseph II et l’église fut fermée en 1785. Elle fut vendue aux enchères, avec les bâtiments alentour, au brasseur de Motol Joseph Ulrych. En 1811, Josef Čapek, le chanoine de la cathédrale Saint-Guy la lui racheta. Il la restaura à ses frais et lui rendit sa fonction d’origine. Après sa mort en 1828, l’église est passée aux mains des bénédictins du couvent de Břevnov. L’évolution a été une fois encore interrompue en avril 1950, lorsque les couvents furent supprimés par le régime communiste. Il fallut attendre les lendemains de novembre 1989 lorsque le couvent de Břevnov le récupéra et l’administre depuis lors.

Les jardins Vrtba
Le plus célèbre jardin baroque a été créé en 1720 à l’emplacement d’un vignoble. On y trouve de nombreuses statues de M. B. Braun. La terrasse supérieure offre une très belle vue sur le Château de Prague et sur le Petit Côté.

Le palais Michna
Ce palais, à l’origine Renaissance, a été construit en 1580. Remanié en style baroque entre 1640 et 1650, le Sokol de Prague en fit l’acquisition en 1918. Aujourd’hui, il abrite le Musée du Sport.

www.czech.cz

  • Share/Save/Bookmark
Tags: